e-torpedo le webzine sans barbeles



Action Directe : Les clefs pour ouvrir la porte !

Catégorie société
Il y a (2) contribution(s).

20 ans de trop !

-  Signez la pétition en ligne pour la libération immédiate des prisonniers d’Action directe.

-  Abonnez vous a la newsletter Nlpf ! Pour etre tenu au courant de leurs initiatives site : samizdat

(JPEG)

REPRISE D’ARTICLE du 22 février 2006

Je dédie ce poème tout particulièrement à Nathalie Ménigon, malade et partiellement hémiplégique. La musique a été composée par Di2.

MP3 - 832 ko
Ouvrez les cages
Franca Maï & DI2

REPRISE D’ARTICLE paru le 23 juin 2005

Nathalie Ménigon : Le voyeurisme en otage

Nous, êtres humains et promeneurs sur le fil mortel de la vie, nous, passagers précaires de ce beau pays inconstant baptisé France, fange d’égalité, fraternité et autres fadaises, sommes aujourd’hui les voyeurs pris en otage devant l’agonie programmée d’une femme de 48 ans qui a vécu plus de dix-huit longues années, derrière les barreaux.

Captez-bien ses nom et prénom : Nathalie Ménigon.

Ancien membre d’Action Directe, elle est partiellement hémiplégique et dépressive, suite à des attaques cérébrales. Elle se vide de son sang, de son oxygène, de son souffle à petit feu, mais la Justice contemporaine qui prétend avoir aboli la peine de mort en 1981, s’ébroue dans les eaux troubles de la torture lente, en la maintenant encagée. Sans ciller et avec un sadisme indéfectible. La Justice est si imbue de son bon Droit et de ses lubies...

Elle n’achève plus les fauves à la guillotine, elle capture jusqu’à leurs derniers râles, les yeux infectés de gourmandise. Elle observe dans sa suprême sophistication comment malgré les coups, les humiliations, les murs d’isolement, la folie en déroute, les fauves osent respirer encore... Comment les fauves s’entêtent à lutter. Bouches écrasées au sol. Avalant la terre qui les ensevelira, encore vivants.

Mais...

sans ce repentir gluant de bon aloi qui sied aux faux-culs et aux dangereux calculateurs pour abréger leur peine avec la bénédiction de la morale.

Car Nathalie Ménigon a déclaré en répondant à une question du procureur : « ...qu’en cas d’insurrection armée générale dans toute la France, elle reprendrait le fusil, même en fauteuil roulant... »

Les fauves ne sont et ne seront donc jamais matés. Ils ont leur dignité, ils suivent leur cohérence.

« Expérimentation » instructive.

Nathalie Ménigon n’use pas de tactique pragmatique, elle est honnête. C’est dans cette loyauté exprimée que loge sa perte.

La justice préférant entendre le chant malin du pardon pour se rassurer et cautionner sa propre existence.

Elle peut achever pernicieusement un être humain mais elle ne peut tuer ses convictions.

La justice oublie-t-elle que les fantômes parlent mieux aux vivants ? ... surtout les martyrs...

Il existe pourtant une loi Kouchner qui pourrait faire cesser le jeu pervers de la vengeance d’un Etat mais cette loi-là n’est appliquée que dans un brouillard fallacieux, au gré du vent, des humeurs et des mots d’ordre. Elle s’épanouit à géométrie variable. Maurice Papon - pour ne citer que lui - technicien on ne peut plus zélé du service public, goûte désormais aux joies crépusculaires des ailes de la liberté.

Jugé un peu cireux à l’aube de ses 92 années, l’ancien fonctionnaire de Vichy responsable et reconnu coupable de la déportation de milliers de Juifs pendant la seconde guerre mondiale -sur la foi de deux expertises médicales- a été remis en dehors. Elles établissaient cliniquement un état de santé incompatible avec le maintien en détention.

Le regard des experts se brouille-t-il systématiquement par les rayons d’une morale douteuse, lorsqu’il se penche sur le cas des prisonniers politiques ? ...

Deux heures d’interrogatoire, de plaidoirie, de second procès du groupe AD sonnent le glas pour Nathalie Ménigon.

Le procureur s’étant clairement opposé à sa demande encadrée, au motif qu’elle est trop malade pour sortir de prison ! ...

Le surréalisme de l’argumentaire ne trompe personne.

Pourtant, la soeur de René Audran et l’épouse de Georges Besse, familles des victimes d’Action Directe, dont le témoignage - recueilli par le président du tribunal - a été cité à l’audience, ne sont "pas opposées" à une libération conditionnelle, seul, le policier blessé dans l’attentat visant les locaux d’Interpol à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) en 1986, y est hostile.

Nathalie Ménigon a payé sa dette de sang à la société. Chèrement, sans faillir, jusqu’à la frontière de l’intolérable. Elle a engagé un tiers de sa vie. Elle a conscience qu’elle ne réparera pas la mort. Pourquoi voulez-vous alourdir son enfer quotidien ?

Laissez-là en paix. Donnez-lui une justice équitable. Celle-là même qui nous différencie du monde animal.

C’est la troisième fois, que Nathalie Ménigon passe devant la juridiction régionale de libération conditionnelle. A deux reprises, les magistrats n’ont su que dire non.

Ouvrez-lui les portes vers la lumière qui réchauffe.

Ne la laissez pas crever comme une chienne mouillée dont on se débarrasse pour pouvoir partir en vacances.

Dans la claustrophobie des couloirs de l’indécence et des zones de l’arbitraire.

Montrez-lui, un visage humain. Pas une mascarade.

Nous, êtres humains et promeneurs sur le fil mortel de la vie, nous, passagers précaires de ce beau pays équitable baptisé France, fange d’égalité, fraternité et autres fadaises, nous ne cautionnerons pas la peine de mort déguisée. En voyeurs patentés.



Publié le 13 décembre 2006  par franca maï


envoyer
commenter
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • Action Directe : Les clefs pour ouvrir la porte !
    13 décembre 2006

    Excellent Franca. La énième mort de Pinochet et le énième rappel d’un procès qui plus de vingt ans après n’aura jamais lieu, voilà qui vient à nous rappeller, avec la sortie de Papon, que c’est une justice de classe qui s’exerce. Les militants d’AD sont tous physiquement mal en point. A lire les missives de Ban public on comprend qu’ils ne sont pas les seuls à subir cet acharnement de la justice. C’est que ce n’est uniquement la justice qui est en cause car il y a un point commun entre les membres d’AD et les prisonniers qui ne bénéficient pas de sorties pour raisons médicales, comme il y a entre Papon et Pinochet un point commun. Il est si évident que nous aurions tort de ne pas le rappeller. Les uns sont de basse engeance, ils viennent du peuple, les autres sont des criminels bourgeois. La justice fait un double aveu et elle se trahit ainsi. Si les membres d’AD ne sont pas les seuls sur lesquels elle s’acharne, si des "droits communs" sont concernés c’est qu’elle admet un lien politique entre tous ceux-là. Droits communs ou AD ce sont des prisonniers politiques. Ce sont des prisonniers qui ont défié le pouvoir bourgeois marchand. En dépit des bonnimenteries des intellectuels à sa solde, selon lesquels la lutte des classes ne serait plus, l’illusion spectaculaire ne prend plus car c’est de la manière la plus spectaculaire que la justice fait l’aveu que le Lutte des classes se poursuit, que l’Histoire n’est pas finie, qu’ils craignent pour leur Empire, que tous les détenus le sont, quelque soit leur crime, pour des raisons politiques, à l’exception justement des pires des criminels : les bourgeois parmi lesquels Pinochet et Papon. Ces assassins ne poursuivent d’autres plus politiques que de servir les oppresseurs, ce qui l’exact opposé des détenus du peuple. Et Condorcet de dire qu’il n’est de pire oppresseur que celui qui se prévaut de la force d’Etat. En sorte que la justice trahit l’idéal de Justice et sert le pouvoir bourgeois.

    régis

  • Action Directe : Les clefs pour ouvrir la porte !
    14 décembre 2006, par yankee zoulou

    Bonjour Franca,

    Pinochet est mort..

    On a repassé jusqu’au dégout cette image du malade, sautant depuis son fauteuil d’infirme pour un abrasso à un companero de son abjecte lutte fasciste.. Bien couillonnée la conscience universelle..

    L’homme est mort, au final.

    Reste le degout..

    Et ces parole fortes. Que nous n’avons pas à commenter ni dépasser. Juste à relayer..

    Simples témoins.

    Nathalie n’aurait jamais cet immonde cynisme de jouer sur sa souffrance.

    Images télé et mots du web.

    On ne laisse pas faire, mais comment s’organiser, comment être efficaces..

    Les années passent si vite. Dehors peut être.. Mais dedans ?

    Vite, leur parole libre..

retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin