e-torpedo le webzine sans barbeles



Si tous les néfastes du monde...

Catégorie société
Il y a (3) contribution(s).

(GIF) ... pouvaient être identifiés, répertoriés et évalués. Il serait intéressant de pouvoir ensuite les faire figurer dans un "hit parade" sur lequel les gens pourraient à leur guise, évaluer leur "Potentiel de dommageabilité".

Un classement aurait lieu par un mécanisme de vote publique, à la suite duquel, chaque année les mieux placés recevraient une palme pour "non service à l’humanité".

Vous voyez ce que je veux dire, une sorte de prix nobel de la nuisibilité.

Cependant pour rester dans un cadre légitime, je proposerais que ne figurent dans ce classement que les personnes ne tenant pas le devant de la scène politique, les "néfastes de l’ombre".

Les hommes politiques sont en effet déjà, théoriquement, élus par le biais des urnes. Quand je dis hommes politiques, je parle de ceux qui tiennent le devant de la scène (présidents et ministres), rien n’empêche d’épingler les secrétaires d’Etat, les conseillers, etc....

Les autres, dictateurs, terroristes, sont théoriquement déjà épinglés par la presse et les médias (là je suis un peu naïf). Les sociétés et les groupes commerciaux internationaux (Mosanto, Nestlé,...) sont plus difficilement personnifiables car c’est souvent le conseil d’administration qui prend collégialement les décisions.

Il y a plus dangereux, plus sournois : les néfastes de l’ombre.

J’ai toujours été effaré par la capacité de certains personnages, à pondre quelque chose d’abject, froidement, sereinement, sans état d’âme. Ils regardent ensuite le fruit de leur cogitations et rien, je dis, rien, ne leur traverse l’esprit.

Pas une once de regret, de doute ou de cas de conscience. Et il ne faut pas dire qu’ils ne se rendent compte de rien,, ah non (ne nous refaites pas le coup d’Einstein et de la bombe atomique) ! Ils savent très bien que les implications du fruit de leur pensée pourront être catastrophiques et c’est délibérément qu’ils persistent.

Ils font l’impasse sur la possibilité que des centaines, des milliers ou des millions d’individus auront leur vie compliquée, saccagée ou pire, dévastée par leur seul contribution néfaste.

Puis je suppose que ces gens retournent à leur vie de tous les jours, sans arrière pensées et sans problème de sommeil.

Bien vite, d’autres nauséeux prendront le relais de l’ignominie, trop contents d’avoir trouvé quelqu’un qui n’aura pas eu la charité qui les avait eux-mêmes entravés.

Ces miasmes de l’humanité finiront leur vie tranquillement, en regardant leurs enfants et petits enfants, leur prodiguant des conseils et leurs visions saines des valeurs.

Bref, tout cela pour dire qu’il m’est agréable d’imaginer que ces personnes aient une chance de savoir que des milliers de personnes ont jugé inacceptable, pitoyable et méprisable leur action en ce bas-monde, que leur vilainie ne soit pas restée tapie au sein d’un salon capitonné.

Je propose la mise en place d’une structure de ce type dés que possible et pour engager le processus, je soumets d’ores et déjà, ma triplette de néfastes.

1 - Lawrence Summers

Voici une déclaration de Lawrence Summers, actuel patron de Harvard, ex-chef des conseillers économiques de la Maison Blanche, ex-gourou de la Banque mondiale, secrétaire adjoint puis secrétaire au Trésor américain, ex-patron de l’HIID (Harvard Institute for International Development) qui joua un grand rôle auprès d’Eltsine et fut dissous après l’affaire russe.

« Les pays sous-peuplés d’Afrique sont largement sous-pollués. La qualité de l’air y est d’un niveau inutilement élevé par rapport à Los Angeles ou Mexico. Il faut encourager une migration plus importante des industries polluantes vers les pays moins avancés. Une certaine dose de pollution devrait exister dans les pays où les salaires sont les plus bas. Je pense que la logique économique qui veut que des masses de déchets toxiques soient déversées là où les salaires sont les plus faibles est imparable. »

2 - Milton Friedman

Le diabolique Nairu. Savez-vous ce qu’est un NAIRU ?

Pas un animal, mais un concept, un secret bien gardé, mais qui circule bel et bien dans les rangs d’une poignée d’investisseurs ou d’experts.

Il a été fixé à 9% par le ministère des Finances pour l’année 1997 et a été récemment repris dans le rapport Charpin sur l’avenir des retraites.

Il correspond à un taux « naturel » de chômage et est accessoirement un mythe ultralibéral controversé qui nous vient des Etats-Unis.

Il s’agit du Non-Accelerating Inflation Rate of Unemployment et nous a été imposé, entre autres, par Milton Friedman, un des gourous de l’ultralibéralisme.

En clair, les économistes le définissent comme le niveau du taux de chômage qui stabilise l’inflation.

Il serait naturel de garder sous le coude un nombre élevé de chômeurs tout en promettant le divin plein-emploi sans inflation, très rentable pour certains. L’idée est de faire en sorte que les décisions politiques ne conduisent pas à utiliser les dépenses publiques ou la croissance de la masse monétaire pour réduire le chômage.

Reste donc le chômeur...

3 - Fritz Bolkestein

Bienvenus dans le monde du commissaire Bolkestein.

Le commissaire européen en charge du marché intérieur rêve de faire de l’Europe l’économie la plus compétitive du monde.

Pour cela, il souhaite faciliter les échanges de services à l’intérieur de l’Union.

Sa proposition de directive du 13 janvier dernier vise « à réduire la paperasserie qui étouffe la compétitivité » et à éliminer les obstacles à la liberté d’établissement des entreprises européennes de service dans l’Europe des 25.

La directive s’appuie pour cela sur le principe du pays d’origine : une entreprise d’un pays de l’Union Européenne qui fournit un service dans un autre pays de l’union ne sera plus soumise aux lois du pays où elle offre son service, mais à celles de son propre pays (art. 16).

Ainsi, par exemple, une entreprise polonaise pourrait envoyer une équipe travailler sur un chantier en France. Ces employés seraient soumis aux conditions de travail polonaises (salaires, conditions de sécurité, ...). Elle pourra même utiliser une main d’œuvre issue d’un pays non-membre de l’Union, tel l’Ukraine ou la Russie (art. 25).

Le statut des travailleurs intérimaires est un sujet de polémique : une agence d’intérim étrangère pourra-telle proposer son personnel en France, en le soumettant au droit du pays d’origine ? C’est ce que redoute la Confédération Européenne des Syndicats.

Cette disposition facilite évidemment la tâche des entreprises. Elles n’auront plus besoin de connaître les législations des pays de l’Union. Elles pourront gérer leur personnel à l’étranger comme leur personnel national.

Les activités concernées par cette innovation sont nombreuses : distribution (vente au détail), construction, loisirs, services liés aux technologies de l’information, publicité, location de voiture, agences d’intérim, sécurité, audiovisuel, santé... Elles représentent 70% des emplois.

lire egalement :
-  La peur de l’ennui est la seule excuse du Travail Première partie
-  La peur de l’ennui est la seule excuse du Travail Deuxième partie



Publié le 27 février 2005  par Laiguillon


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin