e-torpedo le webzine sans barbeles



Marche de soutien à Chahrazad, victime du machisme

Catégorie société
Il y a (8) contribution(s).

(JPEG)

Plusieurs centaines de personnes marchaient silencieusement, réunies derrière quelques banderoles : Aujourd’hui Chahrazad, demain qui ? Chahrazad réclame justice et le droit de dire non. Plusieurs associations étaient présentes, mais discrètement : quelques badges, une petite pancarte Ni Putes Ni Soumises, c’est tout. Beaucoup de caméras, appareils photos, micros, perches, carnets de notes, dictaphones... et on faisait une pause tous les 50 mètres, comme pour permettre à tout ce beau monde de prendre des images, d’interviewer.

Justice pour Chahrazad, respect
Plusieurs centaines de personnes (300 selon la police, 500 selon les organisateurs) ont participé à une marche silencieuse à Neuilly-sur-Marne, dans la banlieue parisienne, pour soutenir Chahrazad, lycéenne de 18 ans brûlée vive le 13 novembre dernier, par un ancien collègue de travail à qui elle avait refusé sa main à plusieurs reprises. Son agresseur, dont l’identité est connue, n’a toujours pas été retrouvé.
(GIF)

Arrivés à l’hôtel de ville, la famille, les représentant-e-s d’asso et les élus qui étaient en tête de cortège, en gravissent les marches, se tournent vers nous, mais les médias, se précipitant à leur suite, font littéralement rempart, les séparant du cortège. Ils n’ont pas daigné bouger, et certains ont même manifesté de l’agacement, lorsque des représentants d’asso, puis des cris dans la foule, leur demandaient périodiquement baissez-vous au moins ! ou encore laissez-nous être ensemble, respectez ce moment !. À la vérité, on ne se voyait plus les uns les autres. La famille n’aura pu voir les visages, ni apprécier le nombre de personnes venues en soutien. Côté foule, tout ce qu’on voyait, c’était une paire de bras tendus en l’air qui se relayait pour montrer un portrait de Chahrazad... Des voix parlaient dans le micro, sans que l’on puisse voir qui s’exprimait.

Odieux, un journaliste gueulait traducteur ! traducteur !, dès que le père ou la mère s’exprimait dans leur langue (pourtant aussitôt traduits, évidemment, pas besoin de réclamer). Un cameraman intervient soudain, du haut de son perchoir, pour demander les prénoms des parents ; on s’interrompt très gentiment pour les lui dire ; il ne les comprend pas, hein ? quoi ?, demande qu’on les lui écrive, faisant bien sentir que les sonorités de ces prénoms ne lui sont guère familières ! Quelle délicatesse, quel respect !

J’ignore si ce comportement est habituel de la part des journalistes, et si je tombe naïvement des nues, mais c’était tout à fait choquant.

Sur les marches de l’hôtel de ville de Neuilly-sur-Marne
Attitude choquante des médias qui ont littéralement fait un rempart devant la famille, les représentant-e-s d’asso et les élus, en s’agglutinant sur les marches de l’hôtel de ville, et les séparant définitivement du cortège.
(GIF)

Premières à prendre la parole, les assos (MRAP & NPNS) pensaient à la jeunesse des banlieues et s’indignaient de cette violence ni culturelle, ni religieuse, ni... Même la présidente de NPNS, Fadela Amara, n’a pas explicitement nommée cette violence, tout simplement sexiste [1]. La banderole Chahrazad, victime du machisme affichée sur la mairie était sans doute suffisante, puisque l’agence Reuters n’oublie pas de rappeler : Avant Chahrazad, Sohane, Ghofrane, Stéphanie, Miu Ju ont elles aussi été victimes du machisme et de la barbarie. Rien ne peut justifier de tels actes qui ne doivent plus se reproduire.

Le discours du maire, Jacques Maheas, fut pathétique : axé sur les récentes émeutes, les violences urbaines, la sérénité dans sa ville, patati patata... S’apitoyant (ton mélodramatique) sur la pauvre Chahrazad sur son lit d’hôpital, l’élu qu’il est ne pense pas à dénoncer les auteurs de ces violences récurrentes envers les femmes, violences qui coûtent si cher à toute la société, tant en vies humaines qu’en soins, arrêts maladie, allocations d’invalidité, etc [2]. Non, trop à côté de la plaque, il n’y pense pas, n’y comprend manifestement rien et le reconnaît implicitement en qualifiant lui-même cette violence d’incompréhensible. La perle ? il a fait un lapsus phénoménal, je cite : et je tiens à remercier l’association des filles putes et soumises... !!!! Évidemment copieusement hué par la foule.

La manifestation, organisée à l’initiative de la famille, a été préparée avec le mouvement Ni Putes Ni Soumises.
(GIF)

Enfin, le frère de Chahrazad, sa mère, puis son père prennent la parole. Ce sont eux qui, non seulement dignes, semblent les plus clairs, demandant justice pas vengeance, disant et répétant plusieurs fois : on est là pour Chahrazad, pour notre fille, mais pas seulement : on est là aussi pour toutes les autres, pour dénoncer toutes les violences envers les femmes, parce que ces violences sont inacceptables et doivent cesser [3]. Enfin, c’est dit. Par delà le barrage des journalistes, la foule applaudit vivement. Une jeune fille s’écroule en larmes, que ses amies soutiennent.

Trois jeunes lycéennes discutent à l’arrêt de bus, au retour : Les garçons sont solidaires qu’y disent. Tu les as vu toi ? y’en avait pas un du lycée !.



Publié le 28 novembre 2005  par Romy Têtue

[1] « Le cas de Sherazade, jeune fille brûlée vive par un homme dont elle repoussait les avances, est une "horrible illustration" des violences faites aux femmes, a estimé vendredi à Villeurbanne Catherine Vautrin, ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la parité, à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. » Jeune fille brûlée vive : "horrible illustration" des violences contre les femmes (Vautrin), AOL Infos, 25 novembre.

[2] En France, une femme sur trois qui se présente aux urgences déclare avoir été victime de violence conjugale. Selon l’OMS la prise en charge d’une femme victime de violences coûte 2,5 fois plus cher à la société que la prise en charge des autres personnes. Enfin, selon une récente enquête de la police et de la gendarmerie, une femme meurt tous les quatre jours des suites de violence au sein du couple.

[3] « Nous sommes là pour dénoncer cet acte horrible dont a été victime Chahrazad. Nous sommes là, non pour réclamer vengeance, mais pour que justice soit faite. Nous sommes là pour dénoncer toutes les violences envers les femmes ; les femmes doivent pouvoir dire non ou oui ! », a déclaré avec émotion Abdel Aziz, frère de la jeune femme. Marche à Neuilly-sur-Marne pour Chahrazad, brûlée vive par un prétendant Voila actualité, 2005-11-27.


envoyer
imprimer
sommaire
Forum de l'article
  • > Marche de soutien à Chahrazad, victime du machisme
    5 décembre 2005, par PhC
    Ce crime est déplorable, et que les gens de presse ait été à la hauteur de leur réputation, de bonne guerre et guère près de changer. Mais c’est aussi se tromper de débat que de parler de machisme : 25 à 35% d’hommes violents prouvent que ce n’est ni anodin ni un problème d’éducation, mais probablement un trait plus profond et très ancien dans l’histoire de l’Humanité. Cela n’excuse l’homme en rien, mais dénoncer ou traiter le fléau sous un angle de bêtise sexiste ou de sciences sociales ne fait que reporter le problème comme cela est fait depuis l’Antiquité : c’est commode, ça défoule et ça donne bonne conscience. En se trompant ainsi de cible et de débat, sans chercher à comprendre pourquoi, on peut parier que les violences ’conjugales’ continueront hélas , et de plus belle encore en raison de l’explosion démographique. PhC
  • > Marche de soutien à Chahrazad, victime du machisme
    5 décembre 2005, par Romy

    Qu’appelez-vous "machisme" ? car j’ai l’impression que vous avez une définition bien personnelle de ce terme ;) Nous parlons bien de la même chose : la violence de certains hommes (25 à 35% ? êtes-vous certain ? j’aurais cru moins), aussi appelée violence machiste ou sexiste, car les victimes en sont majoritairement de sexe féminin, voilà tout. La prise en charge de ces hommes dans des "centres d’accueils pour hommes violents" (comme à Douai), donne d’excellents résultats. Comme quoi, ce n’est pas une fatalité ;)

    A Douai, des hommes violents à l’école de la "tolérance zéro"

    • > Marche de soutien à Chahrazad, victime du machisme
      5 décembre 2005, par PhC

      Le machisme est un mot et une notion importés d’Espagne et des pays latino-américains : il ne désigne en aucun cas la violence masculine, mais un état d’esprit encore fréquent, celui du dénigrement sexiste, qui parfois jouxte la segrégation. Les femmes s’en plaignent parfois, certes, mais c’est presque un trait culturel là où le Français n’hésitera pas à être gaulois ou anticlérical, ce qui y serait très mal perçu. Pour antipathique que cela soit, les conséquences sont relativement bénignes, et cela fait toute une différence. "Machisme" et "machiste" sonnent bien, ils sont percutants, sans doute par rime riche avec "facisme/laxisme/racisme" et "faciste/laxiste/raciste", si bien que l’amalgame inconscient est courant.

      Mais ma réaction ne visait pas le terme, sinon, plus important, ce que la Mairie de Paris confirmera : « une femme sur dix vivant en couple et âgée de vingt à cinquante-neuf ans a subi des violences de la part de son compagnon au cours des douze derniers mois [...] 60 % des appels à police secours concernent ce type de violence (B. Delanoë, La Vie Passionément, p.88) », si bien que sur une vie, les statistiques donnent facilement 25%. Il suffit d’une fois, et ces cas sont rarement rapportés par l’intéressée.

      Quant à ceux qui blessent ou tuent, il est sans doute bien, faute de meilleure alternative semble-t-il, qu’ils soient pris en charge. Le fait est qu’on dénonce ces excès, ce qui est bien, mais sans s’interroger sur la constance de la violence masculine : les historiens disent que la situation n’était guère différente voici deux mille ans, et les archéologues déterrent de temps à autre crânes et squelettes portant marques de sévices physiques ; dans certains cas, on peut déterminer qu’il s’agissait de femmes. Rien de neuf sous le soleil, l’éternel retour comme disait Nietzsche. Non ?

  • > Marche de soutien à Chahrazad, victime du machisme
    25 décembre 2005, par isostar
    Ce crime n’appartient pas a npns, il y en a marre de leur récupe sans vergogne ... Une femme a été tuée et découpée en morceau par son mari dans ma région, pourquoi npns n’en parle pas et ne défile pas avec ses banderoles fluos et sa sono, pourquoi les medias s’en désinterresse ? Des crimes comme ça il y en a 1 TOUS LES 4 JOURS, pourquoi on les passe sous silence, et pourquoi certains autres trés selectionnés mettent toute la france en émoie ? La réponse est trés simple, ce crime ne met pas en cause des garçons arabes, cet ennemi coupable de tous les mots de la société, donc la réponse est simple, c’est pas la gravité du crime qui compte pour juger de son importance, mais qui l’a commis ... triste a dire, mais npns a réussis a diaboliser les garçons arabes auprés des politiques, des médias et du reste de la société, les beurettes républicaines soutenues par elle et le ps ont réussis leur imposture... pour combien de temps encore ?
    • > Marche de soutien à Chahrazad, victime du machisme
      5 juin 2009, par bettyloops
      AU SUJET DE LA PSEUDO DIABOLISATION DES GARCONS ARABES / Franchement ; croyez-vous vraiment que ces pauvres garçons arabes ont eu besoin de npns pour être diabolisés ? Ils y travaillent eux - même avec zêle, nous donnant à contempler leur médiocrité, leur odieux complexe de supériorité doucement instillé par la mère, leur ignorance à toute épreuve...Là où bon nombre de filles s’en sortent la tête haute, la majorité des garçons arabes (eh oui, dommage pour les quelques uns qui restent non ?)continue de faire chier le genre humain, et plus particulièrement les femmes. On en a assez de vos grandes gueules, de votre insoutenable culot. Les femmes se révoltent, et vous n’avez plus qu’à vous taire, messieurs les imbéciles.
  • > Marche de soutien à Chahrazad, victime du machisme
    26 décembre 2005, par Romy

    "npns a réussis a diaboliser les garçons arabes auprés des politiques, des médias et du reste de la société" Croyez-vous vraiment qu’une simple asso ait ce pouvoir-là !? C’était déjà le cas bien avant la naissance de cette asso : politiques, médias, et société n’ont pas attendus après elle pour "stigmatiser le garçon arabe" ;o)

    Mais, je suis d’accord avec vous, y’en a marre que les féministes soient les seules à dénoncer ces actes criminels, au point que vous, et d’autres, parlent de "récupération" et aient le sentiment incroyable que "ce crime appartient à npns" !!! Je regrette surtout que les médias, la société (vous, moi, nous) et surtout l’état se préoccupent si peu de ce grave problème de santé publique, se déchargeant complètement de cette responsabilité sur les quelques rares bonnes volontés féministes, qui font ce qu’elles peuvent et n’ont ni le don d’ubiquité, ni de baguette magique, ça se saurait ;o)

    Concernant la femme assassinée que vous évoquez... elle n’est plus là pour faire parler d’elle, et bien souvent l’entourage préfère le silence (et comme médias et tout le monde s’en fout, ce n’est pas difficile). Peut-être pouvez-vous allez à leur rencontre pour leur apporter quelque soutien ?
    À l’inverse, la famille et les ami-e-s de Charazad ont souhaité la médiatisation de ce crime (NPNS n’a fait qu’apporter son soutien en réponse, comme n’importe quelle autre asso).

    L’asso qui lutte spécifiquement contre les violences conjugales, depuis plus de 20 ans, c’est plutôt "Solidarité Femmes" ;)

  • Marche de soutien à Chahrazad, victime du machisme
    26 septembre 2016, par Fredella
    There is noticeably a bundle to know about this. I assume you made certain nice points in features also. Website Information Visit
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin