e-torpedo le webzine sans barbeles



Hyperactivité chez l’enfant : la Ritaline et ses risques.

Catégorie société
Il y a (75) contribution(s).

(JPEG) Quelques 5% des enfants souffriraient d’hyperactivité, une maladie chronique affectant leur comportement. Un enfant dit hyperactif est incapable de se concentrer sur une tâche et ne tient pas en place, au désespoir des maîtres et des parents.

Des psychiatres leur prescrivent des médicaments appartenant à la classe des amphétamines. Les amphétamines agissent au niveau des transmetteurs dans le système nerveux, et stimulent l’activité d’un des transmetteurs les plus importants, la dopamine. Alors que les neuroleptiques inhibent la transmission de la dopamine, les amphétamines font exactement le contraire. Étonnant, quand on sait que les médecins hésitent parfois entre étiqueter un enfant comme "psychotique" ou comme "hyperactif"...

La Ritaline est-elle vraiment efficace ? Certains parents assurent qu’elle leur a apporté un grand soulagement... Mais ce médicament est loin de faire l’unanimité parmi les pédopsychiatres. La seule chose qui soit sûre, c’est que pour l’entreprise Novartis, qui produit la Ritaline, ce médicament représente des bénéfices considérables...

Nous donnons ici la parole à Peter Breggin, un psychiatre étasunien engagé depuis des décennies contre les abus de la psychiatrie médicamenteuse.

S. An.

Informations importantes sur la Ritaline et l’hyperactivité.

Par Peter Breggin

(Ce texte figure en annexe de "Talking Back to Ritalin", de Peter Breggin (1), et peut être reproduit librement, afin que le public soit informé des risques inhérents à ce médicament. Il doit être diffusé dans son intégralité, avec mention de son origine, gratuitement).

-  Plusieurs millions d’enfants sont traités avec de la Ritaline, ou d’autres stimulants, parce qu’ils sont hyperactifs (2). Il souffrent d’inattention et d’impulsivité. Ces stimulants s’appellent : Ritaline, (methylphenidate), Dexedrine et DextroStat (dextroamphetamine or d-amphetamine), Adderall (d-amphetamine mixture d’amphétamine), Desoxyn and Gradumet (methamphetamine), ou Cylert (pemoline). A l’exception du Cylert, tous ces médicaments ont des effets similaires, qu’il s’agisse des effets secondaires ou primaires. La Ritaline et les amphétamines peuvent, dans la plupart de leurs utilisations, être considérées comme une même sorte de médicament.

-  Le nombre d’enfants traités avec ces médicaments s’est multiplié ces dernières années. La Ritaline et les autres amphétamines ont presque les mêmes effets indésirables sur le cerveau, l’esprit et le comportement. Notamment : désordres du comportement, psychoses, manies, abus de drogues ou de médicaments, et dépendance.

-  La Ritaline et les amphétamines provoquent souvent les maux auxquels elles sont censées remédier : inattention, hyperactivité, et impulsivité.

De nombreux enfants deviennent léthargiques, déprimés. Ils font penser à des robots. La Ritaline peut provoquer des tics neurologiques permanents, y compris le syndrome de Gilles de la Tourette.

-  La Ritaline peut retarder le développement des enfants en perturbant les cycles d’hormones de croissance produits par l’hypophyse (3).

-  La récente découverte des effets cancérigènes de la Ritaline essayée sur certains animaux n’a pas été prise suffisamment au sérieux ni par la compagnie qui produit le médicament, ni par l’administration fédérale des médicaments (4).

-  La Ritaline provoque régulièrement des malformations importantes dans le cerveau de l’enfant. Il a été démontré par des tests scientifiques contrôlés que la Ritaline provoque un rétrécissement (atrophie) ou d’autres anomalies physiques permanentes du cerveau.

Le sevrage de la Ritaline peut provoquer des souffrances psychiques telles des dépressions, de l’épuisement, ou des tendances suicidaires. Ces effets peuvent inciter l’entourage des enfants à prescrire à nouveau le médicament, à fortes doses.

-  La Ritaline provoque une dépendance qui peut en entraîner d’autres. Elle est souvent utilisée comme drogue récréative, tant par des enfants que par des adultes.

-  L’hyperactivité et la Ritaline sont des lubies étasuniennes et canadiennes. Les États-Unis consomment 90% de la Ritaline produite dans le monde. La compagnie CibaGeneva Pharmaceuticals (également connue comme Ciba-Geigy Coorporation), une division de Novartis, produit la Ritaline et tente d’étendre le marché à l’Europe et au reste du monde (5).

-  La Ritaline "fonctionne" en provoquant des dommages au cerveau plutôt qu’en améliorant les fonctions du cerveau. Elle fonctionne uniquement de cette manière.

-  A court terme, la Ritaline inhibe la créativité et la spontanéité chez les enfants. Elle les rend plus dociles et obéissants, plus à mêmes de mener à bien des tâches monotones et ennuyeuses, telles l’étude en classe ou les travaux à domicile.

-  A court terme, la Ritaline n’a pas d’effets positifs sur la psychologie de l’enfant, ses performances scolaires ou autres réalisations. Ceci a été confirmé par de nombreuses études.

-  A long terme, au-delà de plusieurs semaines, la Ritaline n’a pas d’effets positifs sur aucun des aspects de la vie d’un enfant.

Étiqueter des enfants comme hyperactifs et les traiter à la Ritaline peut limiter leurs futurs choix professionnels, et les stigmatiser à vie. Cette étiquette peut ruiner leur estime de soi et les décourager ainsi de développer leur plein potentiel.

-  Il n’y a aucune preuve solide que l’hyperactivité soit une maladie organique.

-  Plusieurs études confirment que des problèmes psychologiques liés à l’environnement des enfants concernés provoquent des symptômes de ce qu’on appelle l’hyperactivité.

-  Il est possible qu’un petit nombre d’enfants souffrent des symptômes de l’hyperactivité en raison de troubles organiques, tels l’empoisonnement par le plomb, une intoxication médicamenteuse, l’épuisement, ou des traumatismes au cerveau. Ces facteurs organiques pourraient être plus fréquents dans les milieux défavorisés des États-Unis.

-  Il n’y a aucune preuve quant à l’existence d’anomalies physiques dans le corps ou le cerveau d’enfants étiquetés comme hyperactifs. Ils ne souffrent pas de déséquilibres biochimiques.

-  L’hyperactivité est un diagnostic controversé, reposant sur une base scientifique faible, voire inexistante. Un parent, enseignant ou médecin peut en toute bonne conscience refuser d’appliquer ce diagnostic à un enfant.

-  Novartis dépense des millions de dollars pour vendre l’idée d’utiliser la Ritaline à des groupes de parents et à des médecins. Novartis soutient l’association CH.A.D.D. (Children and Adults with Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder) (6) et les organisations de psychiatres.

-  Aux États-Unis, le département de l’éducation et l’institut national pour la santé mentale (NIMH) (7) pousse à l’utilisation de la Ritaline avec autant de vigueur que le producteur du médicament, souvent en usant de termes encore plus enthousiastes que ceux que Novartis peut se permettre sans tomber dans l’illégalité.

Notre société a institutionnalisé l’abus de médicaments parmi nos enfants.

Pire : nous les maltraitons avec ces médicaments au lieu de faire un effort pour mieux répondre à leurs besoins.

Sur le long terme, nous leur donnons une très mauvaise leçon en leur laissant croire que les médicaments sont une réponse à tous leurs problèmes émotionnels.

Le contenu du présent résumé est documenté, avec des citations extraites de la littérature scientifique, dans Talking Back to Ritalin. Le livre explique comment venir en aide sans médicaments aux enfants étiquetés hyperactifs, en déterminant leur besoins, en s’efforçant de les combler, et en améliorant leur vie à l’école et en famille.

Si vous désirez soutenir nos efforts pour faire cesser les abus en matière de médication aux enfants, et recevoir notre bulletin d’informations, nous vous invitons à rejoindre l’association "International Center for the Study of Psychiatry and Psychology", 4628 Chestnut Street, Bethesda, MD, 20814. Notre site web : www.breggin.com.

Traduit par : Schizo Anonyme. La clarté a été préférée à l’élégance du style.

-  Notes

(1) Talking Back to Ritalin by Peter R. Breggin, M.D. Available in book stores or contact Common Courage Press, P.O. Box 702, Monroe, Maine 04951. Phone : 1-800-497-3207.

(2) Note du traducteur : En anglais, ce trouble est désigné par : "attention deficit-hyperactivity disorder (ADHD)". En français, on écrit parfois : "Trouble hyperactif avec déficit d’attention (THADA). Mais les dénominations varient selon les médecins. Dans la présente traduction, j’ai choisi de désigner ce trouble (ou soi-disant trouble) par hyperactivité.

(3) Glande endocrine située sous le cerveau.

(4) Federal Drugs Agency (FDA).

(5) En Europe, l’entreprise Novartis, issue de la fusion, en 1996, de deux entreprises suisses, Ciba-Geigy et Sandoz, s’appelle simplement Novartis.

(6) "Enfants et adultes avec trouble hyperactif de déficit d’attention.

(7) " National Institute of Mental Health"

source
-  Alterpsy
-  radioAirLibre

Lire également :
-  Saviez-vous que la ritaline est plus forte que la cocaïne ?
-  Au pays des nuages comateux



Publié le 20 mars 2006  par torpedo


envoyer
commenter
imprimer
sommaire
Forum de l'article
retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin