e-torpedo le webzine sans barbeles


Bonne nouvelle !!! L’année 2004 s’est bien terminée pour l’industrie française
dans la rubrique actualité

Publiée le jeudi 10 février 2005.

Ne rêvons pas, ces chiffres concernent l’industrie et non ses petits bras

L’année 2004 s’est bien terminée pour l’industrie française Thu February 10, 2005 10:34 AM CET

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - L’année 2004 s’est bien terminée pour l’industrie française avec une augmentation de 0,7% de la production industrielle et de 0,9% de la production manufacturière (hors énergie et agro-alimentaire) en décembre, selon des chiffres publiés jeudi par l’Insee.

Sur l’ensemble de 2004, la production industrielle française hors construction a crû de 1,7% et la production manufacturière de 2,1% par rapport à 2003, en données corrigées des jours ouvrables (CJO), précise l’Institut national de la statistique et des études économiques.

Il y a en fait eu deux jours ouvrables en plus en 2004, ce qui donne en données non-corrigées une augmentation supérieure de 0,6 points (2,3% pour la production industrielle et 2,7% pour la production hors énergie et agro-alimentaire).

"C’est tout à fait en ligne avec ce que nous attendions", a commenté pour Reuters Michel Devilliers, directeur des études de conjoncture de l’Insee, qui maintient cependant ses estimations de croissance du PIB français pour 2004 et 2005.

A la mi-décembre, l’Insee évaluait à 2,1% la croissance du PIB français sur 2004 en données CJO (2,3 à 2,4% en données non corrigées des jours ouvrables) et prévoyait un rythme annuel de croissance d’environ 2% au premier semestre 2005.

"Nous maintenons notre prévision de 2,1% en CJO, ce qui est compatible avec les 2,4% dont parlait mardi le ministre de l’Economie (Hervé Gaymard). Il intègre le vraisemblable effet jours ouvrables, qui devrait ajouter deux à trois dixièmes de point de croissance", a expliqué Michel Devilliers.

"Pour 2005 nous sommes toujours sur un rythme de croissance un peu inférieur à 2% sur le premier semestre", a-t-il ajouté, ce qui reste en-dessous de la croissance potentielle de l’économie française (entre 2% et 2,5%).

"Il n’y a pas d’inquiétude à avoir sur l’évolution de la production industrielle", a-t-il souligné. "Nous sommes toujours dans une phase de croissance qui va se poursuivre au premier semestre 2005, croissance modérée mais croissance quand même."

Un avis partagé par les économistes interrogés par Reuters, qui ne s’attendaient en moyenne qu’à un rebond de 0,4% de la production industrielle française en décembre.

UN "SIGNAL POSITIF"

Le chiffre de l’Insee est "un bon chiffre bien réparti dans tous les secteurs", souligne Maryse Pogodzinski, de J.P Morgan. "Ça confirme le rebond au quatrième trimestre 2004 : on pourrait avoir du 0,7%, voire du 0,8% (de croissance du PIB). Donc on est un peu rassuré après un troisième trimestre assez faible."

Ce rebond s’explique notamment, selon elle, par une consommation intérieure plus forte qu’attendue "malgré une confiance des ménages historiquement basse" et par un regain de la demande mondiale en fin d’année, dont l’effet pourrait être confirmé par les chiffres des exportations publiés vendredi.

"Sur l’ensemble de 2004, la croissance du PIB devrait être de 2,1% ou 2,2%. Pour 2005, l’acquis sera solide puisqu’on termine l’année sur une bonne note", souligne Maryse Pogodzinski pour qui il faudrait cependant "qu’on commence à avoir des signes d’amélioration sur le marché du travail".

David Naude, de la Deutsche Bank, estime pour sa part que les chiffres de la production industrielle de décembre "envoient un signal positif". Pour Philippe Brossard, d’Euler Hermes, 2004 aura finalement été "une très bonne année".

"Pour 2005, on peut s’attendre à un tassement, avec des facteurs comme la hausse des prix des matières premières, qui vont diminuer les marges des entreprises, la diminution du pouvoir d’achat des ménages, avec la flambée des prix de l’énergie, et un euro fort", a-t-il cependant ajouté. Mais, prédit-il, ce ralentissement sera "limité".

Selon les chiffres de l’Insee, la production de biens de consommation a augmenté de 1,4% en décembre par rapport à novembre (+3,2% dans l’imprimerie et l’édition, +2,6% dans l’habillement et le cuir, +0,6% dans les produits pharmaceutiques, de parfumerie et d’entretien).

La production est stable pour les équipements du foyer mais a progressé de 0,9% dans l’industrie automobile et de 0,6% dans les biens d’équipement.

La production de biens intermédiaires a également augmenté de 1,1% en décembre : +2,3% pour les composants électriques et électroniques, +1,6% pour les métaux et produits métalliques, +0,8% pour les produits minéraux, +0,5% pour les produits chimiques en caoutchouc et en plastique, +0,2% pour le secteur papier-carton. L’énergie est également en hausse (+0,6%).

Dans ce tableau pratiquement général de hausses, seuls les produits de l’industrie textiles (-0,9%), les industries agricoles et alimentaires (-1,3%) et la construction (-0,5%) font tache en s’affichant à la baisse.











retour haut de page


Si vous appréciez le e-torpedo.net
participez à son indépendance, faites un don.

Contrat Creative Commonsdri.hebergement
Réalisation et conception Zala . Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP sous license GNU/GPL.
© 2005 e-torpedo.net les articles sont à votre disposition,veillez à mentionner, l'auteur et le site emetteur
ACCUEILPLAN DU SITEContact Syndiquez le contenu de ce site Admin