Retour au format normal


e-torpedo-le webzine sans barbelés
Trois Slams par Cathy

6 avril 2008

par catherine

(GIF)

Petite prière...

Au nom du pire, du fric et du Saint mépris Que toutes tes volontés soient faites

Humaines !

Odieux pourquoi ?

Conscience planétaire, appartenir à la terre Menaces nucléaires, stratégies financières Effondrements, turbulences et chaos Contre unifier la pensée écolo Souveraineté et régulation Contre euthanasie de l’état nation Ere des sommets, ère de la crise Des technologies et de leur emprise Impérialisme du dieu scientifique Qui récrit la bible dans sa dialectique Géo politique, Marchés financiers Contre paix et justice, solidarité Des analyses de post modernisme Nées des courants néo libéralistes Très à la mode en sciences sociales Elles qui nourrissent l’ogre mondial

Au nom du pire, du fric et du Saint mépris Que toutes tes volontés soient faites Humaines !

Odieux pourquoi ?

Globalisation des problématiques Suicide collectif et écologique Effet de serre et de réchauffement Nouveau bizness de l’environnement. Forces du marché, rentabilité Cours de la bourse et taux d’intérêts Mouvement sociaux coagulés Contre révolution du moins consommer Plus de profits et plus de puissance Trop de prisons dans le libre échange Désillusions échelle mondiale Que des barreaux et pas de morale La corruption les états mafieux La récession et tous ses enjeux Nouveaux systèmes intérêt général Pensées chrysanthèmes nouvel ordre mondial.

Au nom du pire, du fric, du Saint Mépris Que toutes tes volontés soient faites.

Humaines !

Conflits mondiaux, hégémonie Contre rêve éveillé qu’on appelle utopie Pas de bénéfices à redistribuer Contre plus d’équité, de fraternité Portes du monde fermées au tiers monde Un billet d’plus pour un tour d’immonde Guerres identitaires, mobilisation Ou bien comment faire de l’épuration Grand nettoyage, lessivage éthnique Peuples déplacés et forces d’élites Prédateurs mondiaux, aide humanitaire L’art de la guerre est un art militaire Eradication de nos différences Légalisation de l’indifférence Marché mondial ouvrir les frontières Sans identité serons nous tous frères ?

Au nom du pire, du fric, du Saint Mépris Que toutes tes volontés soient faites. Humaines !

Ainsi sont ils...

Texte de slam ou de spoken word au choix tiré d’un fait divers.

Maryam et la rétention

Et sur l’oreiller De lui trouver un toit, du boulot, des papiers Qui éteignent les étoiles dans le noir ses yeux Et lui troque la lune contre un jeu amoureux. Mais une fois dans la rue oppressée par la trouille Elle n’voit pas arriver une voiture de patrouille Les flics qui la contrôle finissent par l’embarquer Au centre de rétention d’où elle sera expulsée. Elle regarde les menottes autour de ses poignets Se dit qu’elle va mourir qu’elle ne peut pas rentrer Qu’elle était une touriste il y a un moins d’un an Et qu’à cause d’un visa elle rejoint les migrants Ceux qu’on renvoie chez eux en car ou en charter Politique des quotas, des chiffres et du karcher Parce que venir en France n’est pas que du plaisir C’est souvent l’seul moyen de pouvoir s’en sortir Elle revoit les banderoles des manifestations :

« Les enfants à l’école et non en rétention ».

Elle se met à pleurer elle ne sait plus quoi faire Appeler la croix rouge ou médecins sans frontières Elle sait pourtant très bien qu’ça n’servira à rien Que ses appels à l’aide seront certainement vains Alors elle se résigne et parle de ses mômes De son plan de survie et de ses hématomes A un nouvel agent de l’administration Qui ramènera ses gosses au centre de rétention Où ils verront des hommes qui retiennent leurs frères A grands coups de matraque ou encore de Taser Et dans le prochain vol sur un Roissy Dakar Leur expliquer pourquoi les touristes en ont marre De voir des hommes hurler, les violences policières Qui voyagent menottés qu’on jette à leur frontières.

La compagnie Air Afrique et le commandant de bord vous souhaitent un bon voyage et espèrent vous revoir très rapidement sur leur ligne...

Ah ! Utopie quand tu nous tiens !

(Slam spoken word)

Debout !

Le monde se délite les hommes perdent pied Système des élites plus de fraternité Des moines pacifiques qui se font massacrer Devant les yeux du monde qui ne font que cligner Et puis des guerres débiles avec du sang partout Car sur nos terres d’asile il n’y a que des fous Des pays à pétrole qu’on n’cesse de convoiter Pour leur voler leur bien qu’on va diaboliser Et puis des peuples entiers abrasés par leurs chaînes Qui aux pieds des abus sèment les fleurs de la haine. Des ravins d’injustices des montagnes de dédain Des millions de personnes qui crèvent toujours de faim Plus d’inégalités poussées de la misère Et pas d’humanité tout au fond des cratères Des théories bandits Des exclusions sociales Des valeurs citoyennes Des expulsions raciales Des centres de rétentions ou on met des enfants Comme le faisait Hitler qu’on appelait des camps Politique du charter des chiffres et des quotas Et puis des frustrations en veux tu en voilà Du commerce étriquable des macs économiques Et d’un Ogre mondial aux étranges techniques Une police en tenue qui patrouille dans l’ghetto A grands coups de tasers pour des effets d’assaut Là où des professeurs sont placés en orbite Il n’y’a pas de banlieues que l’on réhabilite. Et des prisons privées comme de gros champignons Où la sécurité fructifie son pognon De nouveaux cycles atroces qui laissent des cicatrices Des jeunes sur le carreau et des feux d’artifice Vidéo surveillance pour mater son voisin Puis détourner les yeux lorsqu’il nous tend la main. Mais où sont les Gandhi et où sont les Pasteurs Qui menaient leurs brebis vers un monde meilleur Et tous les humanistes qui ont lutté des siècles Car j’ai comme l’impression que personne ne s’inquiète. On sait qu’la vie est dure et souvent pas facile Mais ça ne sert à rien d’s’envoyer des missiles Pendant qu’l’économie nous fait porter le deuil De la fraternité qu’elle nous veut pour linceul Si nous aimons la paix et puis aussi nos frères Il nous faut partager refuser la misère Je sais que mes idées peuvent prêter à sourire Mais moi j’veux les garder comme unique point de mire Car quand l’humanité a su s’améliorer Se sont les utopistes qui l’ont faite avancer...

-  Catherine

catherine